Étiquette : Visiter Rila

Rila et Pirin

mont-musalaRila et Pirin, dans le sud-ouest, sont les montagnes les plus élevées et les plus spectaculaires de la Bulgarie, riches en faune et en histoire, et contenant entre les deux 350 lacs stupéfiants. En hiver, elles deviennent des domaines de ski très fréquentées et le reste de l’année c’est un paradis pour les randonneurs et les amoureux de la nature.

Rila possède plus haut sommet des Balkans, Musala (2925m), et une beauté naturelle exceptionnelle qui culmine dans les Sept lacs de Rila. Le spectaculaire monastère de Rila est le plus grand monastère bulgare et un centre de conscience nationale et d’art religieux.

Le Parc national de Pirin a son point le plus haut au pic de Vihren (2914m), le troisième point le plus élevé des Balkans. Au sud-ouest, sur les sommets alpins, vous trouverez les « pyramides de sable » dans la région viticole de Melnik. A proximité se trouve aussi un autre pilier de la culture bulgare médiévale, le monastère de Rojen. Tout cela forme une vue dramatique, comme un désert en premier plan avec les côtes de Pirin enneigés en arrière. C’est l’un des contrastes les plus intéressants et pittoresques du pays.

Les villes typiques de Melnik, près de la frontière grecque, et Bansko, la passerelle de ski et de randonnée vers Pirin, ont une culture locale singulière. Ces régions sont historiquement connues comme la Macédoine de Pirin et ont eu le malheur d’être le dernier lieu bulgare de l’Empire ottoman à gagner l’indépendance, s’engageant donc dans les guerres sanglantes des Balkans.

L’architecture fortifiée d’époque, les rues pavées, les vieilles églises, les vieilles maisons des marchands aisés et les tavernes confortables offrent un aperçu accessible dans la variété des cultures régionales bulgares.

Monastère de Rila

Le Monastère de Rila est le plus grand et le plus décoré en Bulgarie.

monastere de Rila

Il est enveloppé par une brume de montagne à 1150 m dans la montagne de Rila, et demande au moins quelques heures pour être apprécié. Il a été fondé au 10ème siècle par l’ermite Ivan Rilski. Au cours des siècles c’est devenu un centre culturel influent lors du deuxième royaume bulgare. Tout ce qui reste de sa gloire médiévale est la Kula Hrelyuva, la tour fortifiée dans la cour, construite en 1335. Au 15ème siècle, le monastère fut pillé et fermé par les Ottomans, mais seulement quelques décennies plus tard, il fut reconstruit par la communauté locale.

monastere-de-rila-bulgarie-2

Lors de la première moitié du 19e siècle, le monastère de Rila a été élargi et peint par certains des meilleurs peintres d’icônes et sculpteurs sur bois bulgares des écoles de Bansko et Samokov. En 1883, la catastrophe a frappé à nouveau sous la forme d’un incendie qui a presque détruit le monastère. Il a été rapidement reconstruit grâce aux dons généreux des gens du pays. Dans l’aile nord se trouve la cuisine noircie d’origine, Maguernitsa, utilisée pour répondre aux besoins des moines et des pèlerins. A en juger par la taille des chaudrons, il devait y avoir eu beaucoup de bouches affamées. Vous pourriez facilement passer une demi-journée dans la glorieuse cour du monastère et déjeuner dans un des restaurants traditionnels en dehors des portes, ou rester plus longtemps et vous adonner à la randonnée. Une demi-douzaine de moines vivent dans le monastère et le gèrent.

Horaires du Monastère de Rila

Ouverture de 8h30 à 18h30 en hiver. Jusqu’au coucher du soleil en été.

 

monastere-de-rila-bulgarie-3L’Eglise Sveta Bogoroditsa (Vierge Marie) dans le centre de la cour est le cœur du monastère de Rila et un chef-d’œuvre de cinq dômes d’architecture néo-religieux. Les murs de la galerie à arcades en plein air sont richement décorées avec des scènes de l’Ancien Testament, des légendes folkloriques et des scènes d’imagination du Purgatoire (chaque péché est soigneusement défini en ancien bulgare). A l’intérieur, la grande icone dorée finement sculptée se distingue parmi une multitude d’icônes et de fresques représentant des scènes bibliques de toutes sortes, des saints et kitors (bailleurs de fonds) qui ont aidé le monastère.

monastere-de-rila-bulgarie

Beaucoup d’artistes ont travaillé à créer cette symphonie visuelle, y compris le légendaire Zograf Zahari. Le musée de l’aile est contient des reliques intéressantes de la vie du monastère. Recherchez la Croix-Rila, une croix géante, finement sculptée sur bois, remplie de scènes bibliques et des figures humaines. Elle a coûté les yeux de Raphaël, le moine sculpteur qui a perdu la vue après y avoir travaillé pendant 12 ans de 1790 à 1802. Là se trouvent la porte d’origine de l’Eglise Hrelyuva disparue, des armes à feu anciennes, la charte du monastère de Rila signé par le tsar Ivan Shishman en 1378, et une collection d’icônes données au musée de partout dans le pays. Notez les rares portraits de la remarquable famille de peintres Zograf.

Ouverture de 8h30 à 16h30.

Main d’Ivan Rilski

L’élément le plus excentrique du monastère, sous clé pour des occasions spéciales, c’est la main gauche du saint et fondateur du monastère Ivan Rilski. Elle fut un temps exposée il ya 100 ans jusqu’à ce qu’un pèlerin zélé essaya d’en mordre un morceau. Le pelerin croyait qu’il pouvait s’embaumer de son vivant en ingérant des potions spéciales. Cela a suffi à impressionner ses disciples dans la poursuite des travaux du monastère. De plus, le mythe des propriétés curatives de la main est toujours d’actualité.

Cœur du Tsar Boris

L’intérieur de l’église du monastère de Rila est l’humble tombe du tsar Boris III, qui décède mystérieusement en 1943 après une visite à l’Allemagne d’Hitler. Il voulait être enterré là, mais le gouvernement communiste qui suivit l’exhuma pour empêcher les gens de prier leurs respects et ses restes ont été perdus. Par la suite, dans les années 1990, son cœur a trouvé son chemin de retour au monastère de Rila et est enterré là dans un vase.

Decouvrir la Bulgarie
Copyright © 2017 Bulgariality Ltd.
made with ♥ in Bulgaria